BRAQUAGES EN TOUS GENRES

En 2015, l’une des deux rétrospectives du Festival était consacrée aux films qui font le récit d’un cambriolage. 12 films ont ainsi été présentés comme Le Pigeon, Quand la ville dort ou La Grande attaque du train d’or avec le regretté Sean Connery.

  • LA COURSE DES SERGENTS DE VILLE André Heuzé (France, 1907, 5’30)

Un sommet du cinéma comique français qui date de 1907. Avant 1914, le comique au cinéma était une spécialité française. L’un des tout premiers films, L’ARROSEUR ARROSE de Louis Lumière, reposait déjà sur un gag. La guerre 1914-1918 est venue interrompre ce succès et a permis le développement du fabuleux burlesque américain.

  • THE MUSKETEERS OF PIG ALLEY David Wark Griffith (USA, 1912, 16’40)

Ce film de 1912 est considéré comme le tout premier film de gangsters. Son auteur est David Wark Griffith, l’un des premiers maîtres du cinéma, l’un de ceux qui a inventé le langage cinématographique. Son art du récit, qui excellera dans des superproductions de 3 heures, est déjà solidement inscrit dans ce court métrage. Son interprète principale, Lillian Gish, l’actrice fétiche du réalisateur, est l’une des vedettes féminines les plus marquantes du cinéma muet.

EN VILLE

La thématique de la ville était centrale lors de l’édition 2004 du Festival du Film d’Arras avec des avant-premières, une rétrospective de 40 films, sans oublier l’intégrale restaurée de l’œuvre du grand cinéaste italien Michelangelo Antonioni.

LES AFFICHES EN GOGUETTE Georges Méliès (France, 1907, 3’30)

George Méliès était d’abord un illusionniste qui possédait son propre théâtre à Paris. Il fut l’un des spectateurs de la première représentation publique à Paris du Cinématographe des frères Lumière, le 28 décembre 1895, ce fut un choc déterminant pour lui. Il va reprendre ensuite à son compte l’art cinématographique et découvrir les nombreuses possibilités de cette magie, en créant par exemple les premiers trucages au cinéma.

A MAN ABOUT TOWN George Jeske (USA, 1923, 13’20)

Un exemple parfait de film burlesque américain avec une superbe course poursuite. Réalisé en 1923, il a pour acteur principal, Stan Laurel, qui formera plus tard un célèbre duo comique avec un autre acteur, Oliver Hardy. Comme Charlie Chaplin, Stan Laurel est né en Angleterre, avant de faire carrière aux Etats-Unis. C’est lui aussi un enfant de la balle, qui a débuté sur scène alors qu’il n’avait pas 15 ans.

SALES GOSSES !

Ce programme nous a été inspiré par une rétrospective du festival datant de 2007, intitulée « L’Enfance du mal », où l’on voyait de vrais sales gosses filmés par Truffaut, Pialat ou encore John Carpenter. Mais ici, il s’agit plutôt de vilains garnements. (durée : 21’00)

THE CLOWN’S LITTLE BROTHER Max Fleischer (USA, 1920, 5’10)

Un autre épisode de la série Out of the Inkwell. Celui-ci date de 1920. Ses créateurs, Max et Dave Fleischer, pionniers du cinéma d’animation, ont créé des personnages célèbres comme Koko le clown ou Betty Boop, et ils furent longtemps les concurrents d’un certain Walt Disney.

GIANTS VS. YANKS Robert F. McGowan (USA, 1923, 12’40)

Épisode issu de la série à succès Les Petites canailles (1922-1944) qui raconte les aventures d’une bande de gamins farceurs et indisciplinés. Cet épisode a été choisi pour ses liens avec l’actualité d’aujourd’hui puisqu’il y est question de contagion, d’épidémie et de quarantaine.

VOYAGES DANS L’ESPACE

Ce programme est un clin d’œil à la rétrospective « Aventures dans l’espace » proposée en 2012 par l’Arras Film Festival et qui réunissait 17 films, de Planète Interdite à l’Étoffe des héros, en passant par quelques films très rares produits par le cinéma soviétique (durée : 22’35)

A TRIP TO MARS Max et Dave Fleischer (USA, 1935, 5’)

Épisode issu d’une série de courts métrages intitulés Out of the Inkwell, réalisés par les frères Fleischer entre 1918 et 1929, dont le héros est le personnage de Koko le clown. Cette série proposait une forme originale mêlant prises de vues réelles et animation, selon un procédé que l’on retrouvera 70 ans plus tard dans le film Qui veut la peau de Roger Rabbit (1988).

LE VOYAGE DANS LA LUNE Georges Méliès (France, 1902, 16’)

Premier grand film de science-fiction. Il contient l’un des plus célèbres plans du cinéma, mais aussi l’une des premières ellipses temporelles. Contrastant avec les vues animées des frères Lumière, le film séduit le public par sa fantaisie et son imaginaire. Il remporte un grand succès en France et partout dans le monde, ouvrant ainsi la voie au cinéma de fiction.

THE WICKED DARLING

Synopsis

Marie, une jeune voleuse, tombe amoureuse d’un homme déchu et ruiné, mais ne peut se résoudre à lui avouer son passé. Tout se complique quand réapparait son ancien complice, l’inquiétant Stoop Connors. Une histoire d’amour contrariée qui oscille entre mélodrame et récit de gangsters, réalisme et poésie.

Biographie : Tod Browning (1880-1962)

Comédien venu du cirque, il débute à Hollywood en 1914. Ses premiers films comme réalisateur sont des comédies et/ou des histoires de gangsters. Mais c’est dans l’épouvante et le fantastique que son goût pour l’étrange va s’épanouir. Il est connu pour ses films avec l’acteur Lon Chaney (L’Inconnu, Le Club des trois…) mais aussi pour avoir réalisé le premier Dracula parlant et l’incroyable Freaks (1932). Il a influencé de nombreux réalisateurs comme David Lynch (Eraserhead, Elephant Man).

Vous pouvez également visionner le making-of du stage avec les élèves du Conservatoire à Rayonnement Départemental d’Arras.